Pommes au four surprise caramélisées

La pomme au four, dessert de toujours !

Aujourd’hui elle prend un air de fête grâce à la « surprise » aux noisettes et à l’habillage de caramel craquant.

J’ai utilisé des pommes Canada qui tiennent bien à la cuisson et qui sont fermes et pas trop sucrées.

Recette pomme au four surprise au caramel

 

Préparation          10 à 15 minutes

Cuisson                        30 minutes

Caramel                          5 minutes

pomme caramel

Ingrédients :

4 belles pomme canada

20 gr de purée d’amande

20 g de noisettes grillées

15 g sirop agave

50 g eau

8 g de calvados pour la cuisson (facultatif)

20 morceaux de sucre pour le caramel

 

Progression :

  • Pré chauffer le four à 180°
  • Préparer la farce surprise :
  • Faire griller les noisettes dans une poêle, puis enlever la peau (celle qui part seulement) en les frottant entre les mains
  • Concasser les noisettes grossièrement

pommes au four

  • Mélanger les noisettes concassées, la purée d’amande et le sirop d’agave.
  • Couper le dessus de chaque pomme sur 1 cm environ (1 à 2 cm)
  • Avec une petite cuillère parisienne, évider chaque pomme (mais pas jusqu’au fond)

pommes au four

  • Remplir les cavités avec la préparation aux noisettes

pommes au four

  • Remettre le chapeau
  • Mettre les pommes dans un petit plat à gratin (ou 4 plats individuels)
Les personnes qui ont aimé cette recette ont aussi aimé :   Torréfier la poudre d'amande , kesako ?

pommes au four

  • Mélanger l’eau et le calvados et verser au fond du plat
  • Cuire au four à 180° pendant 30 minutes environ

pommes au four

  • Préparer un caramel – tous mes secrets pour réussir du caramel sont ici!
  • Verser le caramel sur les pommes
  • Avec le reste du caramel, faire des gouttes ou des décors en le versant sur une plaque en silicone ou, a défaut sur une assiette huilée

pommes au four

A déguster nature ou accompagné d’une crème anglaise (la recette ICI !)

Astuces

On peut remplacer le sirop d’agave par du miel.

La surprise est très peu sucrée car le caramel apportera la touche sucrée. Il faut faire une couche de caramel la plus mince possible.

La cuillère parisienne c’est cette petite cuillère de forme ronde qui permet de faire des billes de melon (ou autres fruits et légumes)

pommes au four

Pour évider des pommes, c’est bien mieux qu’un vide pomme (je n’ai jamais réussi à vider les pommes correctement et sans dévier avec un vide pomme !). Alors qu’avec une cuillère parisienne, on choisit la partie à vider et la dimension de la cavité, on peut laisser de la chair au fond, c’est IDEAL !

Je fais griller une bonne quantité de noisettes à l’avance et je les garde pour une utilisation ultérieure, conservées dans un pot de confiture en verre.

Pourquoi cette recette de Pommes surprises caramélisée ?

 

C’est un dessert toujours apprécié. A base de fruit donc plus sain et plus léger qu’une mousse au chocolat, par exemple, cela permet d’équilibrer un repas trop riche.

Le petit gout de noisettes et de caramel est vraiment divin !

Les personnes qui ont aimé cette recette ont aussi aimé :   Flan de chou-fleur violet facile

pommes au four

On peut faire cuire les pommes la veille et verser le caramel un peu avant le repas sur les pommes à température ambiante (et non tout juste sorties du réfrigérateur, car sinon le caramel ne tiendrait pas)

Pour toutes mes astuces pour réussir le caramel c’est ici!

Et pour me demander des précisions, laissez moi un commentaire!

4 commentaires sur “Pommes au four surprise caramélisées

  1. Bonjour,
    Il est possible aussi de cuire les pommes (idem votre méthode) mais en les posant sur une tranche de brioche ou de pain (au maïs par exemple). C’est délicieux
    Merci pour votre partage

    1. Miam, cela doit être excellent avec une tranche de brioche. Cela ne la cuit pas trop ?
      Merci pour cette idée.
      Belle soirée et à bientôt

      1. Oui un peu (elle est bien imbibée) mais c’est si bon !
        La recette de ma grand-mère était : environ 10 g de beurre et 10 g de sucre par pomme évidée (frottée au beurre, le reste à la place du trognon puis passée dans le sucre, le petit reste à la place du trognon). Je les préférais non évidées, et encore avec la queue, pour pouvoir les manger avec les doigts ! ! Le pain au maïs ou la brioche s’imbibaient, caramélisaient légèrement, bref un délice. Mais à cette époque, nous avions de belles grosses pommes de verger, charnues, pleines de goût, bourrées de vitamines, qui parcouraient de 50 à 100 m pour arriver dans le four et qui ne faisaient jamais de réfrigérateur, tout au plus la fraîcheur de la grange durant l’hiver… Nostalgie, nostalgie

        1. Oh la la, j’imagine comme cela devait être bon ! Et les pommes du jardin ont un gout incomparable.
          Je comprends la nostalgie …
          A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *